SOMEHTING RATHER THAN NOTHING, AZ.




Something rather than Nothing, AZ. 2013
Photographie couleur, courriel encadré, colis postal et bobine de film super 8.
Dimensions variables

Vues de l’exposition L’Intervalle

À l’été 2012, je me suis rendu aux États-Unis à la recherche d’un lieu abandonné appelé « Nothing » avec en tête l’idée d’y tourner un film, à l’aide d’une caméra super 8. Une fois sur place, aux confins de la Californie et de l’Arizona, j’ai fait la rencontre fortuite d’un écrivain qui était venu 10 ans auparavant au même endroit, pour rencontrer ceux qui avait crée Nothing.
Le courriel présenté raconte la suite.

Extrait:

« Salut Brad,
Ça fait un moment que je ne t’ai pas écrit.
La raison en est assez simple. Je viens tout juste de recevoir le film super 8
que j’avais tourné à « Nothing », emballé dans un colis couvert d’autocollants,
et cela plus de cinq mois après l’avoir envoyé au labo à Los Angeles.
Je ne sais pas vraiment ce qui s’est passé mais faut croire que les miracles
au final ça existe.
Si je ne t’ai pas donné de nouvelles ces derniers mois c’est parce qu’à un
moment donné j’ai vraiment cru que le film était perdu pour toujours, tout
comme le projet vidéo.
Pendant tout ce temps j’ai réfléchi à « Nothing », au texte que tu as écrit à ce sujet
et à cette pure coïncidence qui nous a fait nous rencontrer là-bas, au milieu
de nulle part.
J’ai vraiment essayé d’écrire quelque chose pour le projet vidéo mais à la
longue, comme la bobine semblait être perdue, l’idée d’un film invisible a
lentement commencé à me plaire.
L’année dernière tu m’as demandé de t’avertir si jamais je devais faire
quelque chose avec « Nothing ». Eh bien ce moment est venu, j’ai été invité à
participer à une exposition.
Je vais garder le film sous scellé, emballé dans sa boite en carton que je vais
montrer telle quelle, comme un morceau de « Nothing », AZ.
Merci pour tout.
Julien »